je veux mes deux parents

discussions autour de la famille, entraide
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexionMettez un bouclier sur internet

Partagez | 
 

 Les hommes ne sont pas les auteurs intentionnels d’un complo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jmphoenix
Admin
avatar

Nombre de messages : 2141
Age : 40
Localisation : Aveyron
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Les hommes ne sont pas les auteurs intentionnels d’un complo   Lun 12 Juin - 17:55

Marcela Iacub : Les hommes ne sont pas les auteurs intentionnels d’un complot pour subordonner les femmes publié lundi 12 juin 2006
Dans "philosophie magazine" n°1, avril-mai 2006,
Marcela Iacub explique :
Présenter la contraception et l’avortement comme une victoire des femmes contre les hommes ne me paraît pas juste. Ce n’était pas les hommes, mais l’Etat qui interdisait aux femmes l’usage libre de leur corps, notamment en raison d’un contrôle des naissances qui devient massif à partir du début du XXe siècle. La conquête des droits sexuels concerne tout le monde, car les hommes étaient également victimes de cet Etat nataliste.

Je m’inscris en faux contre cette représentation de l’histoire dans laquelle les hommes apparaîtraient comme des auteurs intentionnels d’un complot pour subordonner les femmes. Il n’y avait pas une mauvaise intention masculine, mais une structure familiale qui répartissait les rôles sociaux et sexuels.

Aujourd’hui, ces structures, en ce qui concerne la famille, se sont renversées : les femmes, capables d’accoucher par elles-mêmes ("Un enfant quand je veux, et si je veux"), sont les seules à pouvoir imposer aux hommes des enfants.

Vous parlez d’androcentrisme, et moi d’utérocentrisme.

Afin de parachever les promesses de la révolution des moeurs des années 1960-1970, il aurait fallu essayer de donner à la reproduction un autre fondement que la seule volonté des femmes. Il aurait fallu remplacer les contraintes que le mariage imposait à la reproduction par un modèle contractuel dans lequel hommes et femmes auraient les mêmes pouvoirs.

Nous sommes passés d’un modèle matrimonial à un autre, concubinaire, où la volonté des femmes fertiles est devenue l’élément central. Ce changement s’est fait au détriment des femmes, car il les a enchaînées de nouveau à un rôle de reproductrices.

Sur l’égalité des sexes et le droit :

Il ne faut pas confondre l’égalité juridique et la négation des différences. Si le droit ne supposait pas les différences entre les humains, on n’aurait jamais inventé les principe d’égalité. Je conteste qu’on donne des droits différents aux hommes et aux femmes, droits prétendument adéquats à leur nature. Il est possible de créer une forme d’égalité, même si nos corps ont des puissances différentes. Si l’on part d’une position égalitariste, la question est la suivante : comment faire pour que les hommes et les femmes puissent avoir la même possibilité de choisir d’être parent, même si c’est la femme qui est enceinte ? La grossesse doit-elle avoir cette place sacrée qu’elle occupe dans notre société ?

Marcela Iacub est juriste et chercheur au CNRS.

Parcours :

- Avocate au barreau de Buenos Aires
- Chercheuse au CNRS

Spécialités :

Marcela Iacub est spécialiste de l’histoire juridique du corps. Elle a travaillé sur les manières de normer le corps et sur les implications non seulement juridiques et politiques mais aussi en termes de construction de l’identité de ces systèmes de normes. Elle a abordé de très nombreux sujets parmi lesquels les questions liés à la bioéthique (clonage, procréation médicalement assistée), à la prostitution, au féminisme, et de manière générale aux identités sexuelles.

Elle défend l’égalité totale des hommes et des femmes face à l’engendrement, à la contraception, et s’oppose à toute ingérence de l’Etat dans la famille.

Bibliographie :

Elle a écrit de nombreux articles dans les revues nationales et internationales. Elle intervient très régulièrement dans la presse nationale, notamment dans Libération, où elle tient une chronique. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont :
- Penser les droits de la naissance, Paris, PUF, 2002
- Le Crime était presque sexuel et autres essais de casuistique juridique, Paris, EPEL, 2002
- Qu’avez-vous fait de la libération sexuelle ?, Paris, Flammarion, 2002
- L’Empire du ventre, pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard, 2004

Article issu du site lplm.info part Robert Auger

_________________
Site de la délégation :
Un dragon à votre service, ça se passe par mail webmaster@coparentalite.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif.coparentalite.fr
 
Les hommes ne sont pas les auteurs intentionnels d’un complo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pourquoi les hommes sont plus heureux
» Les femmes sont plus intelligentes que les hommes…
» Le diable est optimiste s’il pense pouvoir rendre les hommes pires qu’ils ne sont [PV : Sebastian Shaw]
» Les femmes et hommes les plus tatoués
» mes auteurs favoris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
je veux mes deux parents :: Remue méninges :: Actualité de la coparentalité-
Sauter vers: